Le tour du Prince fait cette année escale au Poiré sur Vie le Vendredi 13 Décembre avec la pièce :

AdosParents MODE D’EMPLOI

 

A L’ORIGINE DE LA TROUPE : Jacques TALLONNEAU

 

Jacques TALLONNEAU était un personnage à part sur le haut de la place du Poiré sur Vie. Pour un auteur, il aurait d’ailleurs facilement pu devenir un personnage de théâtre.

Au milieu des années 80, le foyer de jeunes fut relancé, avec les inoubliables séances de variétés. Pendant ce spectacle, la deuxième partie faisait la part belle au théâtre. Jacques, qui avait peut-être déjà une idée derrière la tête, était toujours présent en spectateur bienveillant. A 18 ans, lorsque les jeunes ont quitté le foyer, Jacques s’est empressé de contacter quelques-uns d’entre nous pour relancer la troupe de théâtre dans la commune. Je dis bien relancer, car la passion des planches, qu’il partageait entre autre avec Bernard Péridy, s’était emparée de lui depuis déjà bien longtemps. En effet, dans les années 50, la troupe du Poiré sur Vie se produisait régulièrement juste à côté de cette église, dans la salle paroissiale, qui faisait à l’époque office de théâtre.      

 

Donc en 1990, Jacques relance cette troupe. A l’époque, il est partout : metteur en scène, acteur, recruteur d’acteurs, chef d’une équipe technique regroupant ses copains artisans et commerçants, président de l’association. Bref, il se donne corps et âme pour faire vivre la troupe. Il va même jusqu’à acheter, avec ses propres deniers, l’âne Frison, acteur éphémère, que beaucoup connaissent pour avoir vu Jacques le promener dans les rues du Poiré…A moins que ce ne soit l’inverse.

 


Aujourd’hui, « Coup de Théâtre » regroupe environ 80 personnes : une quarantaine d’acteurs de tous les âges, des techniciens, des coiffeuses et coiffeurs, des maquilleuses, divers bénévoles, qui continuent de faire vivre ce qu’il a construit il y a bientôt 30 ans. Et finalement, dans la troupe, nous sommes tous un peu quelque part les enfants de Jacques TALLONNEAU.


Salut l’artiste !

Les Oreillers

De Christine Delaroche et Claudine Debrach

 

D’abord il y a Léa, des battantes comme ça on en trouve rarement, et comme dit sa copine Simone… euh… Samantha… non… Simone ?! Enfin bref, elle l’aurait bien épousée ! Et puis il y a les filles de Léa : Liza et Clara, l’une enceinte, l’autre pas, et quand elles déboulent, le passé sulfureux des oreillers va les rattraper… Et puis, il y a Gabriel avec son cache-col tricoté par sa grand-mère, à 25 ans toujours puceau, qui voudrait bien ne plus l’être ! En tout cas chez ces gens-là… on s’aime !